8 Toubah - Paroisse Copte Orthodoxe de la Vierge Marie

8 Toubah

1. Consécration de l’église de saint Macaire.
2. Décès de saint Andronic, le trente-septième patriarche d’Alexandrie.
3. Décès de saint Benjamin, le trente-huitième patriarche d’Alexandrie.

  1. Nous commémorons en ce jour la consécration de l’église du monastère de saint Macaire (كنيسة القديس مقاريوس بديره) par abba Benjamin (الأنبا بنيامين) le 38ème pape d’Alexandrie. En effet, lorsque al-Mokawkas (المقوقس) fut nommé par l’empereur Hercule (هرقل) comme gouverneur et patriarche sur l’Egypte, et qu’ils étaient tous les deux d’accord pour professer la doctrine de Chalcédoine, al-Mokawkas se mit à persécuter les coptes car ils n’étaient pas en accord avec lui. Quant à Benjamin, le patriarche légitime, il s’évada en haute Egypte et se déplaçait d’un monastère à l’autre et d’une église à l’autre pendant dix ans jusqu’à ce que les arabes eurent envahi l’Egypte et qu’al-Mokawkas fut tué.
    Au retour de Benjamin, les anciens de Scété (شهيت) vinrent lui demander de consacrer la nouvelle église qu’ils venaient de construire et qui devait porter le nom de saint Macaire. Il partit avec eux et fut accueilli par les moines qui tenaient des rameaux de palmiers ainsi que des branches d’olivier comme notre Seigneur avait été accueilli à Jérusalem.
    Tandis qu’il consacrait l’église, il vit la main du Christ qui oignait l’autel avec lui. Alors il chuta de peur la face contre terre mais un chérubin le releva en le réconfortant. Le patriarche dit alors : « vraiment ceci est la maison du Seigneur, et la porte du ciel. » Regardant vers l’ouest il vit un ancien debout avec dignité et respect. Il se dit alors : « Dès qu’un siège se libère, je le consacrerai évêque. » Mais l’ange lui dit : « Comment pourras-tu le consacrer évêque alors qu’il est saint Macaire, le père des patriarches, des évêques et de tous les moines ? Il est venu par l’esprit pour se réjouir avec ses enfants et pour que cet endroit soit toujours habité par des moines vertueux. » Abba Benjamin répondit « Heureux est-il et heureux sont ses fils. » L’ange dit : « Si ses fils suivent ses recommandations et ses préceptes, ils le rejoindront dans la gloire. Sinon ils n’auront pas de part avec lui. » Saint Macaire lui dit : « Ne sois pas si dur avec mes enfants, s’il ne reste qu’un seul grain dans la grappe la bénédiction du Seigneur s’y trouvera. Tant que subsistera entre eux de l’amour mutuel, je crois que le Seigneur ne les privera pas de son Royaume. » Abba Benjamin fut très surpris de la miséricorde de saint Macaire. Il transcrivit ce qui s’était passé et le déposa dans l’église pour qu’on s’en souvienne pour toujours. Puis il demanda à Dieu que son décès ait lieu ce même jour. Dieu lui accorda sa demande et saint Benjamin décéda un 8 Taubi après avoir siégé sur le trône apostolique trente neuf ans. On donna son nom à l’autel qu’il avait vu oindre par la main du Seigneur.

    Que ses prières soient avec nous. Amen !

  2. Nous commémorons aussi le décès en ce jour de l’an 617 après Jésus Christ de saint abba Andronic (انبا أندرونيقوس), le 37ème pape d’Alexandrie. Il appartenait à une ancienne famille et son cousin dirigeait l’administration d’Alexandrie. Il reçut une bonne éducation et apprit à la perfection les saintes écritures. Il fut ordonné diacre en raison de sa science et sa vertu puis il fut choisi pour devenir patriarche. Il n’habita pas dans un monastère comme ses prédécesseurs mais vécut dans sa cellule à Alexandrie pendant toute la durée de son magistère ne tenant aucun compte des melchites (الملكيين).
    A son époque, les perses envahirent les pays d’orients, traversèrent l’Euphrate et occupèrent Alep, Antioche, Jérusalem ainsi que d’autres villes puis arrivèrent en Egypte. Dans leur périple, ils arrêtèrent et tuèrent un grand nombre de chrétiens. Il y avait plus de 600 monastères autour de la ville d’Alexandrie. Ils les pillèrent et tuèrent ceux qui y vivaient. Voyant cela, les habitants d’Alexandrie ouvrirent les portes de la ville. Le commandant de l’armée vit en songe quelqu’un lui dire : « Je t’ai livré cette ville. Ne la détruis pas mais tue ses guerriers car ils sont des hypocrites. » Alors, il s’empara du gouverneur, le mit aux fers, et ordonna aux notables de la ville de faire sortir les hommes qui avaient entre 18 et 50 ans. Il avait promis de donner vingt dinars à chacun d’entre eux et qu’il les enrôlerait comme garde de la ville. ِQuatre-vingt mille hommes se présentèrent, il inscrivit leurs noms et les passa au fil de l’épée. Le commandant perse partit pour la haute Egypte et il apprit que dans les grottes aux alentours de la ville de Niquiou (نقيوس) il y avait environ sept-cent moines. Il les fit tuer et poursuivit la destruction jusqu’à ce que l’empereur Hercule le boute hors du pays.
    Quand au patriarche, il eut une conduite irréprochable et décéda après avoir siégé six ans sur le siège apostolique.

    Que ses prières soient avec nous. Amen !

  3. Nous commémorons aussi le décès en l’an 656 après Jésus Christ de saint abba Benjamin le 38ème pape d’Alexandrie. Ce père était originaire de la région d’al-Beihéira (البحيرة) du village de Barchout (برشوط) et ses parents étaient riches. Il se fit moine et vécut auprès d’un saint homme appelé Théonas (ثاؤنا) au monastère de saint Konobos (قنوبوس) à l’ouest d’Alexandrie et il progressait dans la vertu et la connaissance des saintes Ecritures jusqu’à atteindre la perfection chrétienne. Une nuit il entendit en songe quelqu’un qui lui disait : « Réjouis-toi Benjamin car tu garderas le troupeau du Christ. » Lorsqu’il raconta ce songe à son père spirituel, celui-ci lui dit de prendre garde car Satan cherche à le perturber et qu’il devrait se méfier de l’orgueil. En conséquence, saint Benjamin redoubla d’actions vertueuses. Plus tard saint Théonas l’emmena avec lui auprès du patriarche Andronic (اندرونيكوس) et raconta à ce dernier le songe. Celui-ci l’ordonna prêtre et lui confia les affaires de l’Eglise qu’il administra d’une manière excellente.
    Après avoir été patriarche, saint Benjamin dû subir un grand nombre de difficultés. Un ange lui annonça tout ce qui devait arriver lui demandant de se cacher ainsi que tous les évêques durant une certaine période. Alors, il célébra la divine liturgie, fit communier les fidèles et leur recommanda de demeurer fermes dans la Foi de leur pères en leur annonçant tout ce qui devait arriver. Il écrivit une lettre à tous les évêques et les abbés des monastères leur demandant de se cacher jusqu’à le fin de cette épreuve. Quant à lui, il partit pour la vallée de saint Macaire puis alla en haute Egypte.
    Après son départ, al-Mokawkas, le chalcédonien, arriva à Alexandrie. Celui-ci avait été nommé patriarche et gouverneur par l’empereur Hercule qui était adepte de la doctrine de Chalcédoine. Il s’empara des églises, persécuta les croyants et arrêta Ménas (مينا), le frère de Benjamin. Il le tortura et finit par le tuer par noyade.
    Peu de temps plus tard, ‘Amr ibn al-‘As (عمرو بن العاص) arriva en Egypte et il s’en empara. En 360 des martyrs, il entra à Alexandrie et s’empara de sa forteresse. Il y eut alors de grandes perturbations et l’ordre public se troubla. Certains éléments en profitèrent pour brûler des églises dont celle de saint Marc qui se trouvait au bord de la mer ainsi que des monastères et pour s’emparer de leurs trésors. Un capitaine de navire voulut s’emparer du tombeau de saint Marc pensant qu’il contenait de l’or mais il n’y trouva que la dépouille du saint car les vêtements avaient déjà été volés. Il prit la tête et la cacha dans son navire sans rien dire à personne.
    Lorsque ‘Amr ibn al-‘As apprit que le pape Benjamin se cachait, il publia un décret dans toute l’Egypte lui promettant la paix et la sécurité où qu’il soit et l’invitait à revenir pour gouverner son peuple et ses églises. Le patriarche revint alors après une évasion ayant duré treize ans. Le gouverneur lui fit de grands honneurs et ordonna qu’on lui remette les clés de toutes les églises et de leurs dépendances.
    Quand l’armée voulut partir pour la Pentapoles (الخمس مدن), l’un des navires ne voulut pas bouger. L’on questionna le capitaine du navire et on fouilla le bateau pour trouver enfin la tête de saint Marc. Le patriarche la reprit en procession. Le capitaine donna alors une grande somme d’argent pour la reconstruction de l’église.
    Ce père faisait de grands efforts pour ramener à la Foi les incroyants. Il décéda en paix après avoir siégé trente-sept ans.

    Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !