13 Kyahk - Paroisse Copte Orthodoxe de la Vierge Marie

13 Kyahk

1. Martyre de saint Barsanuphius.
2. Décès de saint Abracius
3. Consécration de l'église de saint Missaïl l'anachorète.

1. Nous commémorons aujourd'hui le martyre de saint Barsanuphius (برشنوفيوس) le moine au début de l'aire musulmane. Ce saint résidait à l'église de saint Ménas à Fam-el-khaligue (فم الخليج). Il priait ardemment et pratiquait un jeune strict deux jours d'affilés. Il fut dénoncé par quelques malfaisants comme ayant insulté les juges. Ceux-ci le persécutèrent durement puis, finalement, le décapitèrent. Il obtint ainsi la couronne du martyre.

Que ses prières soient avec nous.

2. Nous commémorons aussi aujourd'hui le décès du père Abracius (أبراكيوس). Celui-ci était originaire de haute Egypte et se fit moine à l'âge de vingt ans. Il vivait sa Foi dans la prière, le jeune et le combat spirituel ce qui ennuya le démon. Celui-ci s'adressa à lui en prédisant qu'il lui restait encore cinquante ans à vivre dans le but de le décourager. Le vieillard lui répondit : « Tu m'attristes, je croyais vivre encore cent autres années et à cause de cela j'ai était paresseux. Puisqu'il en est ainsi je dois lutter encore plus avant de mourir. » Ainsi il vainquit satan qui voulut répandre le doute dans son cœur et lui faire réduire l’intensité de son combat. Cette année-là il s'endormit en paix dans le Seigneur après avoir vécu soixante dix ans dans le monachisme.

Que ses prières soient avec nous. Amen !

3. Nous commémorons aussi la consécration de l'église de saint Missaïl l'anachorète (ألقديس ميصائيل ألسائح). Un jour Abba Isaac (ألأنبا اسحاق) l'abbé du monastère d'al-Kalamoun (دير ألقلمون) vit arriver à lui un jeune homme. Il lui fit le signe de la croix sur le front selon la coutume monastique et l'autorisa à s'approcher. Alors le jeune se prosterna et dit : « Père, abba Isaac, par le Christ accepte-moi, indigne pécheurs. Aide-moi à sauver mon âme et considère-moi parmi tes enfants. » L'abbé fut surpris que ce jeune homme l'appelle par son nom et lui demanda : « Qui t'a appris mon nom ? » Le jeune lui répondit : « La grâce qui est en vous me l'a appris ». L'abbé l'invita a s'asseoir en lui disant : « Que Dieu tout-puissant fasse de toi un temple saint pour le servir » puis lui demanda de lui raconter son histoire.
Le jeune homme reprit : Mon nom est Missaïl. Mon père aimait les biens de ce monde et était trop préoccupé par eux pour adorer Dieu. Il était triste car il n'avait pas de descendance. Un jour il reçut chez lui un vieux moine connu pour sa sainteté. Mon père lui exposa son chagrin de ne pas avoir un fils qui puisse hériter ses biens. Le moine lui dit : "Il te faudrait corriger ta conduite envers Dieu qui aime les Hommes et Lui te donnera un fils béni. Comme mon père lui demandait ce qu'il devait faire, le moine lui répondit : "Tu devrais avoir une vie exemplaire, te conduire selon les prescriptions de l'Eglise, persévérer dans la prière matin et soir et te rendre assidument à l'église. Tu devrais aussi choisir un prêtre qui te conseil. Si tu écoutes mes conseils ta femme et toi obtiendraient ce que vous recherchez." Mon père suivit scrupuleusement les conseils de ce vieux moine et ce qu'il avait dit se réalisa. Ma mère fut enceinte. C'est elle qui m'a tout raconté.
A l'âge de six ans, mes parents décédèrent et l'évêque s'occupa de mon éducation, mon instruction et la gestion de mes biens. Après avoir étudié les livres saints je voulus mener une vie monastique et je suis venu ici.
Ayant entendu ces paroles, l'abbé se réjouit et le confia à un ancien. Celui-ci lui apprit tout ce qui concerne la vie monastique et le combat spirituel. Ensuite ils le revêtirent de l'habit monastique et du saint froc. A partir de ce moment il vécut isolé, s'adonnant à la prière et à l'ascétisme.
Un jour, l'un des frères vint lui rendre visite et le trouva debout en prière. Il frappa à la porte de la cellule qui lui fut ouverte. Ils prièrent ensemble et se bénirent mutuellement. Ils discutèrent de la manière la plus efficace pour vaincre le démon. Saint Missaïl lui dit : « Satan prend la fuite lorsque l'on prie ardemment » Lorsqu'ils eurent fini, ils louèrent Dieu puis le frère prit congé. Il revint quelques temps plus tard et le trouva toujours debout en prière. Dans sa prière il disait : « Mon Dieu sauve-moi, regarde mon humilité et lave-moi de mes fautes. Mon père et ma mère m'ont abandonné mais le Seigneur m'a reçu. » Lorsque le frère le vit amaigri il pleura en disant : « Ton corps est tout desséché. » Le saint lui répondit : « Je rend grâce à mon Dieu qui m'a accordé la vue et l'ouïe pour lire la Bible et écouter la parole de divine. Il m'a aussi accordé la force de me lever pour la prière. »
Lorsque l'abbé apprit l'ascétisme de saint Missaïl, il vint prendre de ses nouvelles. Missaïl lui dit que trois jours plus tard des gens ayant l'apparence de soldats viendront le chercher. Il lui demanda de ne pas le retenir et de ne rien craindre car c'est la volonté de Dieu. Il lui apprit aussi que l'année suivante il y aura une famine mais qu'il viendra à ce moment-là pour les aider.
L'abbé s'empressa alors d'acheter une grande quantité de blé et de grains. Quelques temps plus tard, des gens ayant l'apparence de soldats vinrent et emmenèrent saint Missaïl avec eux. L'année suivante le blé vint à manquer. Le gouverneur voulut alors piller le monastère avec ses hommes mais d'autres soldats s'interposèrent et l'en empêchèrent. L'abbé les accueillit, les remercia et voulut leur donner à manger mais, ils lui dirent qu'ils n'en avaient pas besoin. L'un d'entre eux prit l'abbé à l'écart et lui dit : « Je suis ton fils, Missaïl. Ces gens qui ont l'apparence de soldats sont des anachorètes et ceux sont eux qui m'ont emmené l'an dernier. » Puis il ajouta : « Va auprès d’Abba Athanase, l'évêque de la ville où j'ai grandi, donne-lui de mes nouvelles et demande-lui de te remettre les biens de mon père. Avec cette somme tu construiras une église à mon nom et tu inviteras l'évêque pour qu'il la consacre. »
L'abbé fit comme lui avait demandé saint Missaïl et il reçut une grande somme d'argent sans compter les livres, le bétail, les tissus, les vêtements de valeur et la vaisselle. Il démolit sa vieille maison, acheta les terrains avoisinant et construisit l'église. Le jour de la consécration de l'église par l'évêque, saint Missaïl et les autres anachorètes vinrent participer à la prière. Saint Missaïl s'avança vers l'abbé et lui apprit qu'il décèdera l'an suivant puis ils s'en allèrent comme ils étaient venus.

Que les prières de ces saints soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !