7 Amshir - Paroisse Copte Orthodoxe de la Vierge Marie

7 Amshir

1. Décès de saint Alexandre II le 43ème pape d’Alexandrie.
2. Décès de saint Théodore le 45ème pape d’Alexandrie

  1. Nous commémorons aujourd’hui le décès, en 715 après Jésus Christ, de saint Alexandre II (الاكسندروس الثاني), le 43ème pape d’Alexandrie. Ce père était originaire de la ville de Bana (بنا) et il devint moine au monastère Patirône, c'est-à-dire des Pères (دير الباتيرون). Ce monastère est plus connu sous le nom de deir-el-zogag (دير الزجاج) et qui était situé à l’ouest d’Alexandrie. Il fut choisi pour monter sur le siège patriarcal en raison de sa science et sa piété. Mais il subit de nombreuses difficultés pendant la période où il siégea sur le trône apostolique.
    Ce pape était contemporain du calife al-Walid Ibn Abd-el-malek (الوليد بن عبد الملك). Dès que ce dernier devint calife, il nomma son frère Abdallah (عبد الله) pour être gouverneur (والي) en Egypte en 698 après Jésus Christ. Ce dernier maltraita les chrétiens et confisqua les biens des moines de Scété. Un jour, il entra dans un monastère de haute Egypte et vit une icône de la sainte vierge Marie, la Mère de Dieu. Lorsqu’il demanda qui était représenté sur cette image, il lui fut répondit que c’est la vierge Marie, la mère du Christ, le Sauveur du monde. Sa méchanceté le conduisit à cracher sur l’icône en disant « si je vis, j’exterminerai les chrétiens. » Et il blasphéma le Christ. La nuit même il vit un cauchemar qui l’effraya et il écrivit une lettre à son frère où il lui disait : « J’ai était affligé hier car j’ai vu un homme assis sur un trône impressionnant entouré d’une grande foule armée. Nous étions tous les deux enchainés et jetés derrière lui. Lorsque j’ai demandé qui il était, il me fut répondu : ‘C’est Jésus Christ, le roi des Nazaréen, dont tu t’es moqué hier ; et un des hommes en arme m’a transpercé le côté de sa lance. » Puis le gouverneur tomba gravement malade et mourut rapidement et le calife mourut quarante jours plus tard.
    Un autre gouverneur fut nommé par la suite en l’an 701 après Jésus Christ. Celui-ci poursuivit la même politique que son prédécesseur en maltraitant les chrétiens et il arrêta saint Alexandre. Il le fit torturer jusqu’à ce que les fidèles aient assemblé la somme de trois mille dinars. Dieu fit périr rapidement ce gouverneur.
    Son successeur fut encore plus cruel. Il fit arrêter le patriarche et lui réclama encore trois mille dinars. Ce dernier s’excusa en expliquant qu’une partie de la somme qu’il avait remise à son prédécesseur lui avait été donnée par les fidèles et qu’il avait emprunté le reste. Mais le gouverneur n’accepta pas ces excuses et finalement lui octroya un délai pour constituer cette somme. Le patriarche partit en haute Egypte pour quêter cette somme.
    A cette époque, un moine anachorète demanda à deux de ses disciples de creuser une grotte. Ceux-ci trouvèrent cinq récipients en cuivre contenant un trésor en or. Ils en gardèrent un et donnèrent les quatre autres à leur maître qui s’empressa de les remettre au patriarche. Mais les deux moines quittèrent le désert et se rendirent en ville où ils se marièrent et assouvirent toutes leurs passions en amassant tous les biens et les esclaves qu’ils souhaitaient. Lorsque le gouverneur eut vent de leur enrichissement soudain, il les fit venir et les menaça pour qu’ils lui expliquent ce qui leur était arrivé. Ceux-ci expliquèrent l’épisode des cinq récipients remplis d’or et que le patriarche avait reçu les quatre autres. Le gouverneur se précipita au patriarcat et mit la main sur tous les récipients des églises. Il arrêta le patriarche, l’humilia en le torturant et exigea la remise immédiate des trois mille dinars ainsi que des 4 récipients.
    Le gouverneur qui succéda à celui-ci était encore plus cruel. Il ordonna que tous les croyants se fassent tatouer dans la main la marque de la bête dont a parlé saint Jean le théologien (يوحنا الثاؤلوغس) dans le livre de l’apocalypse. Il voulut imposer cela au patriarche qui refusa en un premier temps. Mais le gouverneur insista et le patriarche demanda un délai de trois jours. Il monta dans sa cellule et implora le Seigneur de ne pas l’abandonner afin qu’il ne succombe pas dans cette tentation. Dieu entendit sa prière et le pape tomba légèrement malade. Il demanda au gouverneur l’autorisation de se rendre à Alexandrie pour se soigner mais ce dernier refusa croyant que le pape simulait la maladie pour être exempté de la marque. Quelque temps plus tard il fut inspiré par le Seigneur qu’il décèdera quatre jours plus tard. Il demanda à ses disciples de préparer un chariot pour transporter sa dépouille et l’enterrer auprès des saints pères qui l’ont précédé. Lorsqu’il décéda ils firent comme il le leur avait demandé.
    A l’époque de ce père, les melkites avaient un patriarche nommé Anastase (أنسطاسيوس). Les fidèles de ce dernier étaient remontés contre lui car il agissait de manière pacifique avec les orthodoxes et les aimait. Il les quitta et se rendit auprès de saint Alexandre pour confesser sa Foi orthodoxe. Le pape l’honora et voulut lui remettre la gestion des affaires de l’Eglise et s’isoler pour la prière. Mais le père Anastase refusa argumentant que s’il voulait être patriarche, il serait resté là où il était. Il ajouta que son seul souhait était d’être un disciple du pape. Finalement il accepta la charge d’un diocèse périphérique dont il s’occupa de la meilleure des manières.
    Saint Alexandre demeura sur le siège patriarcal 24 ans et 9 mois.

    Que ses prières soient avec nous. Amen !

  2. Nous commémorons aussi le décès en l’an 728 après Jésus Christ de saint Théodore (تاؤدوروس), le 45ème pape d’Alexandrie. Ce père était moine dans un monastère de la région de Mariout (ماريوط) connu sous le nom du monastère de Tânboura (طنبورة) sous la conduite d’un ancien nommé Jean (يؤنس) qui fut inspiré par l’Esprit Saint que son disciple Théodore sera patriarche et il en informa tous ceux qui pouvaient être intéressés par cela.
    Ce père était un pieux combattant très doux. Il fut choisi par Dieu pour être patriarche et il s’occupa du troupeau du Christ de la meilleure des manières. Il persévérait dans la lecture des saintes Ecritures et l’enseignement de ses fidèles, plus particulièrement les dimanches et les jours de fête. Il resta sur le siège apostolique douze ans puis décéda en paix.

    Que ses prières soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !