2 Amshir - Paroisse Copte Orthodoxe de la Vierge Marie

2 Amshir

1. Décès de saint Paul, le premier des Ermites
2. Décès de saint Longin, abbé du monastère d’al-Zougag.

  1. Nous commémorons aujourd'hui le décès d’abba Paul (أنبا بولا), le premier ermite (أول السواح), en 341 après Jésus Christ. Ce saint était originaire d’Alexandrie et avait un frère nommé Pierre. Après le décès de leur père, ils entreprirent de partager entre eux l’héritage. Le grand frère s’octroya une part plus grande que celle qu’il laissa à Paul. Celui-ci en fut attristé et lui demanda : « Pourquoi ne me donnes-tu pas ma part de l’héritage ? » L’ainé lui répondit : « Tu es jeune et je crains que tu ne dilapides cette fortune. Moi, je vais te la garder. » Comme ils ne parvenaient pas à se mettre d’accord, ils voulurent s’adresser au juge pour qu’il tranche entre eux. Chemin faisant, ils virent un convoi funéraire qui passait. Paul s’enquit de la personne qui était décédée, on lui répondit : « C’est un des riches notables de la ville et voici qu’il a laissé toute sa fortune et qu’on le met en terre uniquement avec ce qu’il portait. » Paul se dit alors : « Qu’ai-je à faire avec les richesses de ce monde périssable que je vais quitter sans rien en prendre ? » Puis, s’adressant à son frère, il dit : « Rentrons. je ne te réclame plus rien. » Sur le chemin du retour, Paul quitta son frère et sorti de la ville. Il trouva un caveau où il demeura trois jours priant notre Seigneur Jésus Christ de le guider comme bon lui semble. Pendant ce temps, son frère le chercha longtemps mais comme il ne le trouvait pas il fut attristé et regretta ce qu’il avait fait.
    Le Seigneur envoya un ange à Paul pour le guider et le conduire dans les confins du désert oriental où il demeura soixante-dix ans sans voir personne. Il portait une tunique faite de fibre de palmier tressée. Le Seigneur lui envoyait tous les jours un corbeau avec un demi-pain.
    Quand le Seigneur voulut montrer au monde sa sainteté et sa justice, il envoya un ange en songe à saint Antoine le grand, le père de tous les moines (الاب العظيم أنطونيوس). Celui-ci pensait être le premier à vivre dans le désert. L’ange lui dit : « Il y a, aux confins du désert, un homme dont le monde ne mérite pas la trace de ses pas. Par ses prières, le Seigneur fait venir la pluie et la rosée ainsi que la crue du Nil en temps opportun. » Antoine se leva immédiatement et pris le chemin dans le désert. Au bout d’une journée de marche le Seigneur le guida vers la caverne ou se trouvait saint Paul. Après s’être prosterné l’un devant l’autre, ils s’installèrent et se mirent à parler des grandeurs de Dieu.
    Le soir venu, le corbeau arriva avec un pain entier. Saint Paul dit alors à saint Antoine : « A présent je sais que tu es un serviteur de Dieu. Cela fait soixante-dix ans que je vis ici et le Seigneur m’envoie chaque jour un demi-pain. Aujourd’hui, il a envoyé ta part de nourriture. » Puis il lui demanda de se dépêcher pour aller chercher le manteau que le roi Constantin avait offert au patriarche Athanase. Saint Antoine s’exécuta et, sur le chemin du retour, il vit les anges du Seigneur portant l’âme de saint Paul vers le ciel. Arrivant à la grotte, il le trouva décédé. Il l’embrassa en pleurant, le revêtit du manteau qu’il avait apporté et prit la tunique de fibres tressées. Au moment de l’enterrer, il eut du mal à creuser la terre. Dieu lui envoya deux lions qui creusèrent le sol où il le leur avait indiqué puis s’en allèrent. Saint Antoine mit alors le corps du saint ermite en terre puis retourna tout raconter au patriarche. Celui-ci envoya une troupe pour chercher le corps et l’amener sans y parvenir. Plusieurs jours plus tard le saint apparut au patriarche en songe et lui expliqua que Dieu n’a pas voulu que son corps soit trouvé. Celui-ci fit alors arrêter les recherches.
    Il fut alors de coutume que le patriarche porte le vêtement de saint Paul trois fois par an. Un jour, il voulut montrer aux fidèles toute la sainteté de celui à qui il avait appartenu. Il le déposa, alors, sur le corps d’un mort et celui-ci ressuscita. La nouvelle de ce miracle se répandit dans toute la ville d’Alexandrie et sur la terre d’Egypte.

    Que ses prières soient avec nous. Amen !

  2. Nous commémorons aussi le décès de saint Longin (لنجينوس), l’abbé du monastère al-Zougag (دير الزجاج). Il était originaire de Cilicie (قيليقية). Lucien (لوقيانوس), le père de Longin était entré dans un monastère après le décès de son épouse et son fils l’y suivit.
    Après le décès de l’abbé de ce monastère, les moines voulurent que saint Lucien lui succède mais il refusa car il haïssait la gloire de ce monde. Il prit son fils Longin et partit en Syrie où ils vécurent dans une église où Dieu fit de nombreux miracles par leur intermédiaire. Craignant les gloires vaines de ce monde, Longin prit la permission de son père pour partir en Egypte où il s’installa au monastère al-Zougag, à l’ouest d’Alexandrie. Les moines de ce monastère le reçurent avec beaucoup de joie. Après le décès de l’abbé, ils le choisirent pour lui succéder à cause de ses vertus et sa bonne conduite. Son père le rejoignit peu de temps après. Ils fabriquaient les voiles de bateaux et vivaient du fruit de leur travail. Dieu fit plusieurs miracles par leur intermédiaire.
    Puis Lucien décéda en paix et son fils Longin le rejoint peu de temps après.

    Que les prières de ces deux saints soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !