15 Hâtour - Paroisse Copte Orthodoxe de la Vierge Marie

15 Hâtour

Martyre de saint Ménas

Nous commémorons aujourd'hui le martyre de saint Ménas (مينا), surnommé le fidèle béni (الأمين المبارك). Ce saint était originaire de Nikiou (نقيوس) et son père, Eudoxius (أوذكسيوس), en était le gouverneur. Le frère d'Eudoxius qui le jalousait porta des accusations mensongères auprès de l'empereur qui le transféra en Afrique du nord dont il fit le gouverneur. Le peuple de cette région s'en réjouit car leur nouveau gouverneur était miséricordieux et craignait Dieu.
Or sa mère n'avait pas d'enfant. Elle se rendit un jour à l'église de la sainte vierge, la mère de Dieu, à Atrib (أتريب). Voyant les enfants avec leurs parents, elle pleura devant l'icône de la sainte vierge lui demandant d'intercéder pour elle auprès de son Fils bien-aimé afin qu'elle ait un fils. Elle entendit une voix venant de l'icône qui disait : « Amen ! ». Ceci la réjouit et elle fut assurée que le Seigneur lui accordera ce qu’elle demandait. De retour chez elle, elle raconta à son mari ce qui lui était arrivé. Celui-ci lui répondit alors : « Que la volonté de Dieu soit faite. » Elle eut un garçon et l’appela « Mina ». Ils lui donnèrent une bonne éducation chrétienne et lui apprirent à lire et à écrire.
Lorsque Mina atteignit l’âge de onze ans, son père décéda à un âge avancé. Sa mère aussi décéda trois ans plus tard. Saint Ménas demeura seul et s’adonna à la prière et au jeune en ayant une bonne conduite. Il fut porté au poste de son père à cause de l’affection dont lui et son père jouissait. Cette promotion ne l’empêcha pas de poursuivre la vie d’adoration qu’il menait.
Lorsque Dioclétien abjura sa Foi, et ordonna qu’on adore les idoles, ce saint déserta son poste et partit dans le désert où il demeura de longs jours adorant Dieu de tout son cœur. Un jour il eut une vision : le ciel était ouvert et les martyrs étaient revêtus de belles couronnes et il entendit une voix lui dire : « Quiconque peine pour le nom du Christ reçoit ces couronnes. » Il revint alors en ville et confessa sa Foi en Jésus Christ. En raison de ses origines et du prestige de sa famille, ils essayèrent de l’amadouer en lui promettant de nombreux dons. Comme il ne renonçait pas, ils le menacèrent sans résultat. Alors le général le mit à la torture et enfin il fut décapiter. Il voulut incinérer le corps du martyr mais au bout de 3 jours le feu ne l’avait toujours pas attaqué. Alors, sa sœur versa une grande somme d’argent aux soldats et emporta les corps. Elle le déposa dans un sac et embarqua pour Alexandrie. Ils eurent de nombreuses embûches pendant leur voyage mais grâce à l’intercession du saint et aux prières de sa sœur ils arrivèrent à bon port.
A Alexandrie, le peuple chrétien et le patriarche sortirent à sa rencontre et portèrent le corps du saint avec respect et entrèrent en ville en procession. Ils le déposèrent dans l’église après l’avoir enveloppé dans un linceul précieux.
Lorsque l’époque de la persécution fut écoulée, un ange du Seigneur apparut à saint Athanase l’apostolique et lui demanda de la part du Seigneur de déposer le corps du saint sur le dos d’un dromadaire, de le sortir de la ville et de le suivre, sans que personne ne le conduise, jusqu’à ce qu’il s’arrête à l’endroit qui plait à Dieu. Le chameau s’arrêta près d’un lac du côté de Maréotis (مريوط). Ils entendirent alors une voix qui disait : « Voici le lieu que le Seigneur a choisi pour son bien-aimé Ménas. » Ils le déposèrent alors dans un tombeau au milieu d’un jardin superbe. De nombreux miracles apparurent de son corps.
Il y eut une révolte de la pentapole et les barbares voulurent attaquer Alexandrie. Le gouverneur prit alors le corps du saint afin qu’il les protège dans l’adversité. De fait, ils furent vainqueurs. Or le gouverneur avait l’intention de le ramener à Alexandrie mais le dromadaire qui portait le corps s’arrêta à l’endroit où il était et il fut impossible de le faire bouger. Ils changèrent de dromadaire sans résultat. Le gouverneur le déposa alors dans un cercueil en bois précieux et le remit dans le tombeau.
Plus tard, Dieu voulut révéler où se trouvait le corps du saint. Il y avait un berger dont un mouton galeux tomba dans le lac près de l’endroit où se trouvait le corps du saint. Lorsqu’il sortit du lac, le mouton se roula dans le sable et guérit sur-le-champ. Le berger en fut tout étonné. Il prit la terre et la mélangea avec de l’eau puis en mit sur tous les moutons qui étaient atteints de la gale ou qui étaient infirmes et ils guérissaient.
Cette nouvelle se répandit au point que le bruit atteignit l’empereur de Constantinople. Celui-ci avait une fille unique malade de la lèpre. Il l’envoya à cet endroit et elle s’enquit auprès du berger de ce qu’elle devait faire. Elle prit la poussière, la mélangea à l’eau, s’enduit avec et dormit à cet endroit. Elle vit alors en songe saint Ménas qui lui demandait de se lever de bonne heure, de creuser à cet endroit et elle trouvera son corps. A son réveil elle constata qu’elle avait guéri alors elle fit ce qui lui était demandé et trouva le corps. Elle en informa immédiatement son père qui s’en réjouit et rendit grâce à Dieu. Il fit construire une église à cet endroit qui fut consacrée le 15 Paôni (بؤونة).
Lorsqu’Arcadius and Honorius régnèrent, ils ordonnèrent que l’on construise une ville à cet endroit. Les foules venaient visiter cette église en invoquant l’intercession du saint. Beaucoup de miracles et de prodiges eurent lieu. Puis, quand les arabes entrèrent en Egypte, certains s’attaquèrent à cette église qui fut détruite et il n’en restait que des ruines.
Récemment, le pape Cyrille VI fit construire un monastère en ce lieu au nom de saint Ménas. Il y installa deux églises que visitent assidument les fidèles de l’Eglise copte orthodoxe pour y prier et recevoir sa bénédiction. Il fit entourer le monastère d’une clôture et ordonna de nombreux moines qui avaient reçus une bonne instruction scientifique et religieuse.

Que les prières de saint Ménas soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !