12 Kyahk - Paroisse Copte Orthodoxe de la Vierge Marie

12 Kyahk

1. Commémoration de l'archange Michel.
2. Décès de saint Hadra d'Assouan.
3. Commémoration de saint Jean le confesseur.
4. Tenue d'un concile à Rome pour juger le prêtre Novatien.

    1. Nous commémorons aujourd'hui le puissant archange Michel qui se tient devant Dieu tout-puissant et qui intercède pour les hommes en disant :
      • Toi qui es lent à la colère, ne te fâche pas.
      • Toi qui es bon, aie pitié des hommes.
      • Toi qui es patient, ne fait pas périr ceux que Tu as créé.

Que son intercession soit avec nous. Amen !

  1. Nous commémorons aussi aujourd'hui le décès du vénérable père, Abba Hadra, l'évêque d'Assouan (ألقديس هدرا الأسواني). Ce saint était issu d'une famille chrétienne et ses parents l'élevèrent dans la crainte de Dieu dès sa plus tendre enfance. A l'âge de dix-huit ans, ils voulurent le marier à une parente mais il refusa prétextant la maladie. Un matin, il alla de bonne heure à l'église où il pria avec l'assemblée des fidèles implorant notre Seigneur de lui faire entendre des passages de la Bible qui soient en accord avec ce qu'il ressentait dans son cœur. Il entendit alors un passage qui le reposa.
    En sortant de l'église, il vit un mort qui allait être mis à terre. Il suivit le cortège funèbre en se disant : « Ecoutes, Hadra, ce n'est pas cet homme qui est mort, mais c'est toi qui est mort de ce monde périssable ». Après que le mort fut enterré, il ne rentra pas chez lui mais alla s'installer au monastère. Lorsque ses proches et ses amis apprirent cela, ils voulurent le ramener à la maison en lui disant qu'en faisant cela il les chagrinait et attristait sa fiancée et qu'il pouvait prier n'importe où. Mais comme il ne se laissa pas amadouer, ils rentrèrent tristes de devoir se séparer de lui.
    Quant à lui, il se livra à de nombreuses dévotions, à un grand ascétisme et à un jeûne perpétuel, avec beaucoup de prières et de prosternations. Il fut le disciple d'abba Pœmen (أنبا بيمين) et il se laissait guider par ses enseignements et son bon exemple.
    Au bout de huit ans, il voulut s'isoler dans le désert ce qui lui fut accorder après qu'il eut lu, sur les instructions d'abba Pœmen, la vie de saint Antoine le grand pour apprendre comment combattre Satan et ses armée. Il partit et trouva une grotte où il demeura plusieurs années combattant les démons qui n'arrêtaient pas de le tenter. Ainsi, un jour, Satan lui apparut avec, une épée tranchante et voulait lui couper la main. Le saint implora Dieu avec force et le démon disparut à l'instant. Un autre jour qu’il était sortit de sa grotte, il trouva à son retour qu’un monstre s’y était installé. Il pria Dieu en disant : « Mon Seigneur et Maître, si Tu désires que je cohabite avec ce monstre, que Ta volonté soit faite. » Puis il regarda le monstre et le trouva couper en trois morceaux.
    Ce saint subit jour et nuit de nombreuses attaques des démons mais le Seigneur l'en délivrait toujours. Finalement il s'enferma dans sa cellule et on lui apportait les malades et les blessés. Il priait sur l'huile, les oignait avec et ils guérissaient. Les mauvais esprits criaient : « Tu as fait notre malheur, Hadra, tu nous brûles par tes prières et tu nous chasses du désert. »
    Des moines venus de Syrie l'interrogèrent sur des sujets qu'ils trouvaient obscurs dans la saint Bible et il leur en expliqua le sens. Ils disaient : « Nous avons visité de nombreux monastères, rencontré un grand nombre de philosophes et maîtres mais personne n'a su nous expliquer cela comme le fit ce saint. »
    Lorsque l'évêque d'Assouan décéda, les fidèles se rendirent au monastère où ils rencontrèrent les moines venus de Syrie. Ceux-là leurs dirent tout le bien qu'ils pensaient de Hadra. Ils allèrent le chercher contre sa volonté et le conduisirent auprès du pape Théophile (ثؤفيلس) qui le leur sacra évêque. Dès son intronisation, il ne cessa d'enseigner les fidèles et de leur montrer le chemin de la Vie. Il fit encore de nombreux miracles et se comporta d'une manière parfaite le restant de sa vie. Puis il décéda en paix.

    Que ses prières soient avec nous tous. Amen !

  2. Nous commémorons aussi aujourd'hui saint Jean le confesseur (القديس يوحنا المعترف).

    Que ses prières soient avec nous tous. Amen !

  3. En ce jour de l'an 249 après Jésus Christ, se tint à Rome un saint synode. Cela eut lieu la première année du règne de Dèce (داكيوس), l'idolâtre, à l'époque du patriarche Corneille (قرنيليوس), le pape de Rome alors que saint Denys (ديونوسيوس) était pape d'Alexandrie, que saint Flabius (فلابيانوس) était patriarche d'Antioche et que l'évêque de Jérusalem était saint Germain (جرمانوس). Ce synode avait pour but de juger le prêtre Novatien (نوباطس) qui déclarait que le repentir de ceux qui s’étaient rendus coupables d’apostasie pendant les persécutions ne doit pas être accepté. Il disait la même chose pour ceux qui auraient commis l'adultère. Le pape Corneille le réprimanda sur ses dires mais ne réussit pas à l'en dissuader. Il convoqua alors un synode composé de soixante évêques et dix-huit prêtres et diacres parmi les savants romains. Pour sa défense Novatien cita l'épître de saint Paul au Hébreux où il est dit : « Quand des hommes ont reçu une fois la lumière, qu'ils ont goûté au don du ciel, participé à l'Esprit Saint, goûté à la parole merveilleuse de Dieu et aux puissances du monde à venir, et qu'ils sont retombés, il est impossible de les admettre à une nouvelle conversion, alors que pour leur compte ils crucifient de nouveau et bafouent le Fils de Dieu. » Les pères lui expliquèrent que l'apôtre ne disait pas cela au sujet de la pénitence mais à propos de qui veut se faire baptiser à chaque fois qu'il aura péché car le baptême ne peut avoir lieu qu'une seule fois. C'est pour cela que l'apôtre a dit « pour leur compte ils crucifient de nouveau et bafouent le Fils de Dieu » indiquant par là que comme le Christ n'a été crucifié qu'une seule fois, de même le baptême ne peut avoir lieu qu'une seule fois mais le repentir est toujours possible. Si le repentir n'était pas possible celui du prophète David n'aurait pas été accepté. De même le repentir de Pierre après qu'il ait renié le Christ a été accepté autrement il n'aurait pas pu recevoir la grâce du Saint Esprit et le Christ ne lui aurait pas demandé de paître ses brebis. De plus le baptême de tous ceux qu'il a baptisé serait nul. Donc si on suit ce raisonnement tous auraient péris. Ceci est le comble de l'ignorance alors que le Seigneur est venu dans le monde pour sauver les pécheurs et les conduire au repentir. Ainsi Il a dit : « si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous comme eux » Ils lui demandèrent de renoncer à cette opinion erronée en disant : " Fais pénitence, ne t'oppose pas à Dieu, à toi-même et à l'humanité". Mais Novatien s’obstina dans son opinion et le synode décida de l'excommunier ainsi que tous ceux qui suivent son enseignement.

    Que les prières de ces saints soient avec nous et gloire soit à notre Seigneur éternellement. Amen !